Ghostbuster

par GP

Tu es le miroir le plus cruel qu’on m’ait tendu.
Une torture déguisée en opportunité.
Tu fais quoi, là, fantôme?
N’as-tu rien d’autre à faire? Personne d’autre à hanter?
J’aurais cru avoir servi ma peine, à un dernier repas près.

Il fait (enfin) soleil.
De la musique à banjo résonne au travers le moustiquaire sale de la fenêtre avant. Des rayons se font absorber par le poil de mon chat.
Je bois du vin dans une tasse alors que j’écoute distraitement les paroles de chansons choisies méticuleusement pour concorder avec mon mood : «Wrong way going on a one way road»
One way qui s’apparente au cul-de-sac.

C’est dans de pareils moments que j’aimerais avoir foi.
Croire en Dieu.
En quelque chose du genre.
Lever mes yeux au ciel pour y chercher autre chose que des nuages.
Blâmer une instance plus grande que moi.
Me déresponsabiliser et jurer contre un concept abstrait sous prétexte de pouvoir me repentir peu de temps après.

J’écoute du Cat Stevens et j’espère pleurer.
Mais rien se passe.
Des yeux secs pleins de ressentiments.