Automne, quand tu nous (sur)prends

par GP

Sur la 10, le soleil s’est affaissé tôt.
C’est le bitume ombragé qui m’a avisé :
«L’heure des nuages pelures d’oignon n’est précoce ni déréglée.
Elle est ponctuelle. Fidèle.»

Ma mémoire est une faculté qui oublie ce rituel annuel.
Celui des vendanges perfides.
Du déclin des jours qui nous escorte dans le désordre.

Mon day-to-day rapetisse.
L’heure du crépuscule me talonne.
M’oppresse.

Je ne sais pas si je dois retirer mon air climatisé.
Acheter des cahiers Canada.
Aller aux pommes. Faire des tartes ou des compotes.
Je ne sais pas.

Ça aura pris le temps d’apprivoiser l’été avant qu’il se désintéresse;
Me néglige;
Me déserte.

C’est ça.
Va t’en.

Publicités