1st class hobo

par GP

Je travaille dans une agence de pub.  La réaction générale quand je partage cette information est  « ouh la la! »  Ouhlala parce que la pub, c’est fancy.  Ce qui l’est un peu moins, c’est que je suis réceptionniste.

Derrière mon joli comptoir blanc immaculé, je suis une imposture.
Comparée  à ces jeunes cools et hips, j’ai l’air d’une hobo.

Ils sont tous propres.  Clean cut.

Ils défilent les tendances actuelles en semblant être au-dessus du monde.  C’est vrai qu’une belle chemise ne peut pas nuire à être audacieux et frondeur.

Elles mangent des salades, et moi des Sidekicks®.

Je suis une petite bête énigmatique, isolée, et robotique.  « Blablabla-nom-de-l’agence bonjour! » en boucle, pour les fins et les fous.  Croyez-moi, j’ai bien cherché comment  intégrer une forme de personnalité dans une telle phrase d’ouverture.  Pas de chance.

L’exercice personnel que m’impose ce travail est tout de même fascinant.  Ici, je ne suis ni flamboyante, ni intéressante.  Je suis remplaçable et aucunement essentielle.  Ça te replace un ego.

Être marginale est autant dévastateur que réconfortant.

Lorsque je quitterai, personne ne s’en rendra vraiment compte…  Peut-être la mère hispanophone.  Peut-être aussi la potelée avec un problème d’ouï.  Sûrement les deux gars de l’entretien.  Sont sales eux aussi.  On s’entend bien.

Publicités