Bye bye l’hymen.

par GP

Darren Star met à l’écran en 1998, une série télévisée appelée «Sex in the city».  Six saisons s’enfileront jusqu’en 2004 pour un total de 94 épisodes.  «Sex in the city» n’est pas seulement un sitcom, c’est un phénomène.  L’avènement des livres de Candace Bushnell adaptés au petit écran c’est résulté à être une bible pour les femmes, voire même les hommes.  C’est devenu un classique.
Comme tout bon classique, on s’y attache.  On s’y rallie.

À la saison 3, l’épisode «The Big Time» vient poser une question aux femmes.  Charlotte, un des personnages principaux de la série, affirme qu’après plus d’un an sans sexe, la femme a la capacité de «redevenir vierge».  Qu’en fait, son hymen se reforme.

Après rupture, d’une relation et non de l’hymen, j’y croyais mordicus.  J’ai donc fait des recherches.

L’hymen ne peut se reformer par lui-même.  C’est impossible.  La seule façon d’y arriver, c’est d’engager un chirurgien pour qu’il le remette en place.

Je me questionne alors : est-ce possible de redevenir vierge quand même?  Si ce n’est pas physiquement d’y arriver mentalement?  Est-ce vraiment possible d’arriver à oublier ses cicatrices de souvenirs qui hantent les ventricules  d’une ex-relation?

Si l’hymen a besoin d’un chirurgien pour effacer son passé, les femmes pour leur part ont besoin d’une lobotomie ou d’un scientifique fou  qui réussira à translater «Eternal sunshine of the spotless mind» à la réalité.