J’aurais aimé être Christophe-Colomb.

par GP

J’aurais emmerdé les étudiants, redondant dans les manuels et les examens.

J’aurais eu sous mon aile, le célèbre trio : Pinta,  Nina et Santa Maria.
J’aurais été le con qui baptisa le maïs, le blé d’Inde.

L’été aurait été ma fête, épluchette après épluchette.

Au printemps prochain, je dirai sans doute que j’aurais aimé être Nelligan.

L’hiver aurait été ma fête, et ma vitre, un jardin de givre.