Seinpathie

par GP

Patiente, pianotant des orteils
Fidèle au métronome final
L’acier cadrant son sommeil
Là, face à la gamme terminale

Drapée d’un bleu d’au revoir
Suivant des yeux cette balançoire
Droite, gauche ; avant, arrière
Ses perspectives dièrent

Cette balançoire
Toujours pareille
Qui loge vieux et vieilles
Joues et jambes ivoires

Elle est la reine du bal
Le bal de l’hôpital

Je la croiserai hypocrite
Sur cette balançoire maudite
Chantant l’hymne à la morgue
À la veille du rythme de l’orgue

Une nudité intrigante
Amène ma pitié sur son crâne
Bonnet vide et sourire qui flâne
Sa poitrine est sans fente

Cicatrice sur son cœur
Rassurée par sa main
Elle questionne le Saint
« Pourquoi ce buste de malheur ? »


1er prix 5e secondaire
Concours de poésie 2006 de l’AQPF – hommage à Marie Uguay