«Et pourtant, le père Noël existe» J2020, A.Romanovskaia

par GP

Un texte qui éclate des molaires de quelqu’un que je ne connais pas.  Ce qui est drôle, c’est que la personne ne me connaît pas non plus.  Elle lit, cette personne.  Lit et lit ; ce que j’ai écris.  Ce que j’ai couver.
Pas de bonjour, ni de merci, puisqu’ici, je suis l’inconnue qui a composé et rédigé.
Une auteure dans l’ombre d’un anonyme qui parle d’un «je» qui était le mien.
Ils applaudissent ces bouches qui ont dit ce qui était écrit, par ces ignorés.
J’applaudis aussi, mais je ne sais qui.