C’est un play qui joue.

par GP

C’est des gros doigts qui tombent sur un piano. C’est un crescendo qui monte pas.  C’est une corde vocale avec laquelle on se passe la soie dentaire.  C’est le bruit d’un accordéon qui s’efface dans ses rides.  C’est de la corne qui gifle une contre-basse.  C’est un vinyle qui pleure.  C’est un play qui joue.  C’est un décibel de trop.  C’est un volume qui fait fermer les yeux.  C’est un jingle qui fait taper du pied.  C’est un archet qui grince.  C’est le ballet de casse-noisette, sans entracte ni publique.  C’est un maître de cérémonie.  C’est un chef d’orchestre.  C’est la peau d’un tambour qui raisonne.

C’est une toune qui passe, qui me fait penser à toi.